Le Jeudi 21 Mars 2013 se tenait à Arcachon une rencontre intéressante entre les élèves de l'IEP de Bordeaux et quelques grands acteurs de la vie du bassin d'Arcachon: Yves Foulon, Député-Maire d'Arcachon qui a accueilli l'évènement, Jean-Guy Perrière, maire d'Arès et président du Sybarval, Claude Bonnet de la SEPANSO et Pierre Delfaud, professeur honoraire à l'université Montesquieu Bordeaux 4.


Pour la première fois en 29 ans, l'IEP choisissait de décentraliser ses rencontres IEP/SUD OUEST à Arcachon. Une première donc et, force est de constater, une réussite tant le format, la qualité des questions et la bonne volonté de répondre à celles-ci ont permis de mieux cerner la vision politique qui a entouré la conception du SCOT.


Présent à cette rencontre, dans la nombreuse assistance, JV Accoce, trésorier de l'Association propose ici un léger compte rendu sur les questions qui touchent le plus l'Association Michel D'agata, à savoir: la qualité de l'eau et l'avenir du Wharf de La Salie:


Les étudiants de l'IEP avaient choisi d'organiser le "Grand Oral" des intervenants en trois types de questions: 1) sur le milieu naturel du Bassin 2) sur les fonctions économiques du Bassin 3) sur la gouvernance du Bassin et son avenir;


Une des premières impressions: les étudiants de l'IEP ont correctement travaillé leurs dossiers. Pour ce qui concerne les intérêts de l'Association à savoir le Wharf et le traitement des eaux usées, les étudiants ont donc mis les pieds dans le plat:

Quelle est la qualité des eaux du Bassin?

  • Effectivement, la qualité des eaux du Bassin tant celle du robinet que celle du plan d'eau fait l'objet depuis quelques années de questionnements. Les élus (SYBARVAL et Député-Maire) ont expliqué que cette qualité fait l'objet d'une attention constante. Le SIBA depuis 1974 est en charge de sa surveillance, rien d'anormal n'est constaté depuis quelques années et Yves Foulon a rappelé que le travail du SIBA avait permis de réguler 100% des eaux usées. Claude BONNET pour la SEPANSO a quant à lui aussi souligné le travail effectué par le SIBA tout en relevant les "menaces" à cette qualité, à savoir: les pollutions en amont (la Leyre). Il est également revenu sur l'accident du 5 juillet 2012 de la SMURFIT pour illustrer ses propos.

     


Concrètement qu'est-ce qui est fait pour assurer cette qualité?

 

  • En bon (futurs?) journalistes les étudiants ne se sont pas arrêtés à ce constat et ont demandé de préciser quels sont les moyens mis en oeuvre pour garantir cette qualité affichée. JG Perrière a mis en avant l'existence de deux STEPS (Stations d'épuration) récentes pour 140 000 habitants autour du Bassin et dans le Val de Leyre. Il a également précisé qu'aucune extension en termes de population ne se ferait sans une extension du réseau d'assainissement (ce qui est bon à savoir car rien n'apparaissait dans les documents du SCOT sur ces questions). Claude BONNET pour la SEPANSO a également souligné la qualité des STEPS: elles sont récentes. MAIS elles ne sont pas adaptées pour traiter les nouveaux déchets humains (ex médicamenteux). Pour Yves Foulon, le travail pour s'assurer de la qualité des eaux doit être constant. Pour lui, le traitement des eaux usées n'est plus un problème majeur en soi, l'accent doit être désormais mis sur le traitement des eaux pluviales. Cette compétence appartient actuellement aux mairies, il conviendrait selon lui d'étendre les compétences du SIBA pour traiter des eaux pluviales. Une vraie info: Yves Foulon a demandé au SIBA de prendre cette compétence.

Suite à l'accident sur le site de Biganos de Smurfit le 5 juillet 2012: est-ce que tout est rentré dans l'ordre?

 

  • Pour Yves Foulon, le problème est complexe car une enquête est toujours en cours pour tirer les responsabilités. Le problème en soi est réglé puisque les rejets (liqueur noire) suite à l'accident ont été effectués dans le respect des normes en vigueur. Il l'affirme: il n'y a eu aucune pollution constatée sur le Bassin suite à cet accident. Ces propos ont été nuancés par Claude Bonnet, pour lui le problème demeure et Smurfit doit faire plus d'efforts pour s'intégrer à l'environnement spécifique du Bassin. De manière assez étonnante, le président du SYBARVAL n'a rien ajouté à ces propos.
  • NOTE ASSOCIATION MICHEL D'AGATA: comme vous le savez notre asso suit cette affaire depuis le début. Nous sommes d'accord avec Yves Foulon pour dire que les responsabilités doivent être établies par la justice et c'est pourquoi notre Association a porté plainte contre Smurfit par le biais de SurfRider Foundation Europe. Un procès doit avoir lieu (le 23 Juin) pour établir les responsabilités de CHACUN. Ceci étant dit, nous ne pouvons pas totalement accepter les propos d'Yves Foulon, il y a bien eu une pollution sur le Bassin, la Fédération des pêcheurs peut en attester (plus de 300kg de poissons morts retrouvés). De plus, nous avons assisté à la réunion de crise organisée par le Sous-Préfet le 21 juillet et nous avons bien entendu les conclusions de M. BLANCHET de l'Université Bordeaux 1: ce monsieur devait communiquer les résultats d'analyses faites sur les micro-organismes suite à cet accident courant Septembre 2012. Nous attendons toujours les résultats. Lorsque nous avons essayé de le joindre, il n'a pas jugé utile de nous répondre. De cette crise, l'Association a tiré des leçons, Smurfit a tiré des leçons, le SIBA a tiré des leçons mais il semble qu'en temps de crise nos élus ont toujours du mal à communiquer.

Est-ce que le Wharf de la Salie sera supprimé?

 

  • Pour Yves Foulon, il n'y a pas d'autres solutions que le rejet en mer. Il n'y a pas d'autres pays dans le monde qui ne fassent la même chose. Les STEPS travaillant sur des normes sanitaires européennes, l'eau rejetée est donc de bonne qualité. Il a avoué que l'hypothèse émise un temps d'infiltrer les eaux usées après traitement n'était pas souhaitable. Ce qui est une sage décision selon la SEPANSO qui pense malgré tout qu'une réutilisation des eaux usées doit être encouragée.
  • NOTE ASSOCIATION MICHEL D'AGATA: comme l'ont dit Yves Foulon et Claude Bonnet ce problème de traitement des eaux est complexe. Effectivement le rejet en mer est utilisé massivement à travers le monde. Pour ce qui est de notre position, nous souhaitons un arrêt ou tout du moins dans un premier temps une diminution des rejets en mer de nos eaux usées. Pour des raisons morales: l'Océan n'est pas une poubelle. Pour des raisons pratiques: c'est notre terrain de jeux. Je doute qu' Yves Foulon, ou n'importe quel élu lise ce compte rendu mais il y a des expériences de traitement d'eaux usées qui ne mobilisent pas des STEPS (sources de pollutions avec les médias filtrants): l'exemple du lagunage de ROCHEFORT est une initiative. Cette expérience ne supprime pas les rejets en mer mais elle réintroduit un cycle écologique dans le traitement des eaux (voir ici). De même l'idée de Claude Bonnet de réutiliser les eaux usées a été mise en place concrètement au Nouveau Mexique dans la construction (avec une distinction eau noir, eau grise... car oui dans le monde l'eau potable est tellement rare qu'on ne fait pas ses besoins dedans), pour plus d'infos c'est ici. Une bonne idée pour le bassin d'Arcachon serait d'organiser un mix entre ces deux idées : réutilisation - lagunage.

Voilà, il faut faire court et c'est déjà très long!! Voici le compte rendu de cette rencontre sur les questions qui nous concernent mais bien entendu la rencontre abordait d'autres questions (notamment économiques et de gouvernance). Merci à l'IEP, Sud Ouest et la Mairie d'Arcachon pour la tenue de cette rencontre très instructive.