Voici un communiqué de Surfrider Foundation Europe:

 

"Suite à la relaxe de la société #Smurfit le 02 septembre dernier, Surfrider a décidé de faire appel de la décision rendue en première instance !

Le combat n'est pas terminé !"

 

Appel Surfrider 09 09 2013

 

Voilà ce simple communiqué annonce une nouvelle séquence judiciaire.

 

Rappelez-vous l'asso s'était mobilisée il y a un an pour protester contre les rejets via le wharf des eaux récupérés sur le site de l'usine Smurfit de Biganos suite à l'accident du 5 Juillet (voir archives). Nous avions porté plainte au nom de Surfrider dans le programme "Gardien de la côte". Non pas contre les rejets puisque ces derniers avaient été autorisés par l'Etat (vos élus). Non, nous avions porté plainte pour que des responsabilités soient mises en évidence et pour que cela ne se reproduise plus. Marre des erreurs qui se passent à des kilomètres de l'Océan dont nous payons les pots cassés!

En première instance Smurfit a été relaxé. Les avocats de Surfrider et nous-mêmes pensons que les arguments des juges sont en décalage avec ce que nous avons vu et vécu. Pire, en décalage avec ce qu'ont vu les enquêteurs.


Nous estimons que Smurfit est pleinement en droit de se défendre dans ce procès et il est évident que la décision en première lecture des juges est une victoire pour eux dans le but de laver leur image. Nous ne nions pas les efforts consentis par Smurfit pour améliorer les choses concernant les rejets du wharf. Mais comme l'a si bien noté le parquet lors de l'audience, nous ne faisions pas alors le procès de la pollution sur le Bassin d'Arcachon. Un accident a eu lieu et contrairement à ce que pense les juges, il y a bien un responsable! Si ce n'est pas Smurfit, qu'ils nous disent qui c'est!